Marathon de Valence : cigare, shot de vodka, tisane de camomille…
Marathon de Valence : cigare, shot de vodka, tisane de camomille…

Trois mois pile après le marathon du Médoc, nouveau 42 km bornes dimanche 2 décembre à Valence en Espagne. Même pièce, mais nouveau décor. 

Acte I, Médoc. Entracte rapide et un saut par-delà les cimes des Pyrénées. La conso, a posteriori, peut coûter très chère mais envoûtement de la montagne vaut bien cette mise.

Acte II, Valence. Le synopsis ? Quitte, ou double. Fin octobre, c’était quitte. Cinq semaines plus tard, c’était double.

Acte II, scène 1. L’inconvénient avec ces orga mastodontes, qui drainent entre 30 000 et 40 000 coureurs, c’est qu’il faut arriver suffisamment tôt sur l’aire de départ. Sinon, c’est embouteillage garanti. Et le stress qui vient griller quelques neurones, au milieu des remugles d’embrocation en tous genres. Non merci, ça ira.

L’avantage, c’est que Valence, c’est sacrément bien organisé. L’inconvénient (bis), c’est que je n’avais pas repéré les lieux et que je me retrouve à poireauter une demi-heure autour de la ligne, et, surtout, à me les peler sévère.

Même l’enivrante Bella Ciao, remis au goût du jour dans la Casa del Papei et siffloté dès le réveil -bah oui, on respecte la culture des hôtes- ne me réchauffe pas.

En VO

Chair de poule et coq en chaire.

Car, oui, la France est à l’honneur. Du balcon qui précède le pont Montolivet, planches du départ, la sono crache « Ramenez la coupe à la maison », feature Samuel Umtiti et consorts. Ils sont beaux joueurs ces Ibériques –ce n’est pas toujours le cas sur le pré- mais il aurait fallu leur dire de se mettre à la page. Depuis, les barricades ont supplanté les passes en profondeur et les « Macron démission » ou « BFM, on t’encule » sont presque devenus aussi populaires que l’hymne national.

Trois minutes avant le départ. Plaisir de retrouver des visages connus des collègues de l’AO Charenton. Aucun stress, que de l’envie – pour une fois…J’ai gratté un T-Shirt manches longues sur un grillage pour me réchauffer. Sensation de froid : il a transpiré des aisselles, l’acolyte…Je m’oblige à sautiller sur la ligne. J’ai marché dix minutes en venant, puis trottiné à peine dix de plus. Quelques gammes, histoire de. Pas moyen de faire des lignes droites vu le monde alentour. Y’a 2h30 et 42 bornes pour monter en température, non ?

Fumer le cigare, les yeux en l’air

Une minute. Les sas s’ouvrent. Ça trépigne. Les gars, c’est un marathon, pas un départ de France de cross ! Premier kilo, 3’25’’. Cinq secondes d’avance sur les 3’30’’ prévus (17,2 à l’heure pour 2h27’40’’). 3’26 le second. Un gros groupe avec quelques Elite femmes me devance de quelques mètres.

Aux aguets, tel le souffleur au théâtre, le surmoi rappelle les ficelles du scénario : raccrocher le groupe devant pour rester planqué ? Attendre le suivant, juste derrière ? Prudence. On m’avait dit après le Médoc que le premier semi d’un marathon doit s’apparenter à un footing.

C’est parfait, j’ai l’impression de fumer le cigare. Descente de l’avenue du Port (Avingunda del Port en local). Le cerveau papillonne. Sur la Méditerranée à droite ; sur les orangers qui bordent les longues avenues ; sur l’architecture colorée des édifices typiquement méditerranéens, tantôt d’une blancheur éclatante, tantôt terre battue, tantôt vert pétaradant. Un hémisphère sur la route et ses ondulations –ça serait con de se manger un trottoir (ce qui ne fut pas loin d’arriver au bout de 300 m), l’autre le nez en l’air.

L’esprit s’évade, un peu à la manière de Chris Froome, comme me l’avait raconté un –chanceux- suiveur d’un jour. Sa tactique, sur les étapes de montagne ? Laisser sa trombine vagabonder au sein du peloton les trois quarts de la course, et lâcher la bride mentalement dans l’ultime col.

Bon, je n’ai pas les guiboles du dégingandé moulin électrique, ni son appétence –à l’instar de celle d’un de ses ex grand ami de la Sky-, pour gratter la moindre AUT (Autorisation à Usage Thérapeutique, peut masquer certains douteuses pratiques). Reste que la stratégie est d’être acteur-spectateur jusqu’au 25e-30e, avant de se glisser dans les habits du marathonien énervé.

Contre la montre

Brutalement, les yeux clignent. 10e km. Le réveil sonne. 34’58’’, deux petites secondes d’avance sur le tempo prévu, alors que la montre bipait entre 3’25 et 3’28. NB, pour la suite : ne JAMAIS se fier à la montre GPS sur une course – a fortiori un marathon-, mais suivre les kilos officiels.

Branle-bas de combat : me voilà contraint, déjà, de me lancer dans un contre la montre pour recoller au groupe sis à une centaine de mètres devant (dans le mien, ça commence déjà à ralentir).

Huit bornes la tête dans le guidon pour faire la jonction. Tout juste le temps de zyeuter le Mestalla, l’antre du bouillant public du Valence FC.  A la montre : entre 3’20 et 3’24’’. A la montre, donc rajouter deux, trois secondes…

Au moins, les cannes répondent et je suis entré de plein pied dans la course. Mais ne vais-je pas le payer dans une petite heure ?

D’autant qu’à la différence des tours médiévales qui corsètent le charmant vieux centre de Valence et son dédale de ruelles et placettes, je ne suis pas non plus cerné par un rempart de certitudes.

Car avant le lever de rideau castillan, mi-octobre, je suis dans la soute à bagages, fermée à double tour. Je me fracasse sur chaque barrière dans la course à obstacles vers les piges. Pis, je commence à plonger à chaque passage de rivière. De surcroît, les sensations à pied ne sont pas terribles, et le semi-marathon de Niort, l’estomac en lambeaux, est une invitation, presque une injonction, à ne pas monter dans l’avion le week-end du 2 décembre.

Brinquebalant échafaudage de la performance

La reconstruction s’est opérée la semaine suivante à Marseille Cassis (20 km). Pour contrer les méandres intestinaux, testing grandeur nature du smecta (un la veille au soir, un le matin de la course – vous savez tout).

Plâtrer l’intestin pour contenir les rasades d’eau –bien souvent froides-, qui font chanceler le brinquebalant échafaudage de la performance.

Résultat ? Les fondations sont posées (et bien consolidées par le régime dissocié la semaine précédant Valence). Rassuré. Surtout, repu de plaisir après avoir dévalé, sur la deuxième partie, le col de la Gineste, sis au cœur du parc national des Calanques et encore luisant de la rosée du matin (mais c’est moins casse-gueule qu’à deux roues, parenthèse fermée).

Ne restait plus qu’à se (re)focaliser cinq semaines durant sur le marathon et inverser, mètre après mètre, séance après séance, le tremblotant sablier de la confiance.

Semi-marathon. 1h13’07’’. Le contre la montre a eu du bon. Environ quarante secondes d’avance. Désormais, je contrôle tous les cinq kilomètres aux panneaux officiels de la course.

Le groupe rattrapé s’étire sous l’impulsion de la Portugaise Ana Dulce Felix et son « pace » de luxe. Je laisser filer. Faire redescendre un peu le cardio. Pas envie de revivre l’interminable dernière ligne droite de 10 bornes du Médoc. Reprendre son souffle et se borner à ne pas louper un ravito.

Par parenthèse : quand est-ce que les organisateurs arrêteront de tendre aux coureurs des bouteilles de 25 ou 35cl ? Boire un quart et balancer le reste, sans déconner ! Bouchon refermé.

23e, ça bipe en 3’32’’. Comme ça surévalue, je dois être en 3’35’’ et quelques. Alerte orange. Groupe de quatre, avec Marc Lozano, Mohammed El Yamani et son inextinguible jeunesse (2h28 à 53 ans !). Ils me disent viser 2h27/2h28’. C’est écrit, je ne profiterais pas de l’allure du groupe tant souhaité.

Élever la voix, devenir acteur et briser le quatrième mur. 3’26’’ puis 3’18’’. En bas, les deux quilles ne sont pas électriques, mais ça a l’air de bien tourner quand même.

Pas de groupe, mais un balancier constant de figurines en mouvement en point de mire. En remonter une, puis passer à la suivante. La course à pied, c’est un travail à la chaîne.

Volupté du mouvement

32e. Non, 33e. Bon signe, ça ; l’esprit s’échappe, l’organisme se délecte de cet effort allègre. C’est comme boire des yeux, assis sur le sable fin, le lever du soleil sur la ville castillane, à l’aube naissante. Le temps défile et on ne s’en rend pas compte. Il faudrait penser, un jour, à courir un marathon à jeun du point technologique : sans montre, sans GPS, même sans panneau kilométrique. Comme ça, juste en se nourrissant de ses sensations, aiguillonné par la volupté du mouvement.

C’est Jean Giraudoux qui l’avait pressenti, il y a déjà presque un siècle :  « Le passage, chez l’homme, du pas à la course est un don qu’aucune machine ne remplacera jamais ».

Bon, on méditera cela plus tard. Car en attendant, ça mouline dans le cerveau : 35 + 35 + 35 = 1h45’ au 30e. 1h43’50, soit 1’10 d’avance. Ça peut faire un petit 2h26’, cette histoire. Enfin bon, sur marathon…

Un peu avant le 35e. 300 ou 400 m où la foulée se cabre soudainement, comme le cheval rebute devant l’obstacle. Le cœur tambourine un peu plus fort dans la poitrine. Début de la fin ? Virage à droite, ça repart.

Je continue d’enlever et de remettre les lunettes de soleil à mesure que l’ombre et la lumière chatoient sur les longues avenues valenciennes. Je continue, d’un signe, de remercier les quelques spectateurs qui m’encouragent en lisant sur le dossard : « Come on, Kwentine ». J’arrive encore, sans me planter, à  rapidement calculer les temps de passage à venir. Je continue, surtout, à prendre un sacré plaisir. Allure leste et souffle en choeur.

Au Médoc, au même stade de la course, je me demandais ce que diable je foutais là, et les volutes d’une épaisse fumée jaillissaient de ma caboche en fusion.

Suave comme une sangria

35e : 1’45’’ d’avance, désormais. La montre s’emballe : 3’21’’ au 35e, puis 3’18, 3’17’, 3’15, 3’18’’. Elle gruge certes un peu, mais quand même… 40e. Un speaker braille. Il est bien gentil, mais moi, ce qui m’intéresse, c’est mon foutu temps de passage. 2h17’34’’ au lieu des 2h18’00 que j’avais supputés pour être certain de faire 2h25’.

L’immense et moderne Cité des arts et des sciences se profile. A 17,5 à l’heure, j’ai l’impression que je pourrais encore tenir pas mal de temps ;  à 18/18,5, j’aimerais bien que ça s’arrête, quand même.

Flamme rouge. 900 m , 800 m , 700 m. Les panneaux s’enchaînent, comme des shots de vodka enquillés après un pari débile, et les yeux, hypnotisés, passent mécaniquement de l’un à l’autre. Une pensée surgit (pourquoi, comment, à ce moment précis ? Mystère) : heureusement qu’ils n’ont pas placé des panneaux tous les 100 mètres sur tout l’intégralité du parcours ; même l’éperdu(e) de tisane à la camomille en deviendrait ivre.

Ultimes et rares circonvolutions du parcours. Ligne droite. Au loin –enfin, pas si loin- le chrono égrène les secondes. J’aperçois 2h24’ puis un 3 et un 9. Pas le droit de t’échapper !

Sprint. Foulée rasante, toutes forces convoquées, j’ai l’impression de creuser un sillon dans le sol. 2h24’56’’, temps réel. 1h11’49’’ pour finir.

Immense satisfaction. Pointe de frustration. Délicate, légère, mais pointe quand même. Et si j’avais tenté de suivre le gros groupe du début et passer plus vite au semi ? Et si je n’avais pas suivi cette satanée et fallacieuse montre ? Et si, aussi et surtout, tu te taisais et profitais ?

Suave comme une sangria d’après-course, ce chrono dilue toutes les déconvenues et frustrations éprouvées ces dernières années.

Acte II, rideau.

L’acte III, c’est, sûrement, pour l’automne prochain. Avec une scène et des perspectives bien plus larges…

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Linkedin